Home


Toronto 18 oct. 2015

Ce qui était supposé être mon premier marathon, s’est transformé en un demi où j’ai eu beaucoup de plaisir.

Voici une petite mise au point pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire. L’été dernier, mes amis du groupe de course m’ont convaincu de courir mon premier marathon à Toronto en octobre. Plusieurs du groupe en seraient à leur première expérience aussi sur cette distance donc je me suis dis pourquoi pas. Les entraînements spécifiques ont commencé à la fin juillet pour être fin prêt le 18 octobre.


Le chien…

Mercredi le 26 août, lors d’un entraînement d’intervalles à haute intensité sur la piste d’athlétisme à St-Alexandre, un chien qui n’était pas en laisse a décidé de venir « courir » avec nous. Pendant ma septième accélération, le chien est arrivé directement dans mes jambes sans que je le vois. Résultat, une méchante chute; fracture du scaphoïde (poignet) et fracture de la tête radiale (coude). L’orthopédiste de l’hôpital de Hull me mets dans le plâtre pour peut-être 3 mois… J’étais complètement décourager et fini le marathon de Toronto… Heureusement, mon coude a guéri en 15 jours et j’ai pu reprendre l’entraînement de façon légère avec le poignet dans le plâtre. A ce moment là, je ne savais toujours pas quand mon poignet serait correct, mais j’ai repris espoir que je pourrais courir le demi-marathon. Le 7 octobre, mon plâtre est enlevé, il me reste 10 jours pour finir un mini entraînement.

Donc, j’ai changé ma course pour le demi et j’y vais sans attente, un trou de 5 semaines dans un entraînement ça paraît. J’ai eu le temps de faire un 15km le samedi d’avant à une cadence pas trop pire, je me dis qu’un demi en 1h50 serait faisable.


Une course loin de chez moi.

Toronto est à 500km de chez nous, c’est la première fois que je ferai une course en dehors de la région de l’Outaouais, c’est une toute autre organisation. Plusieurs coureurs du groupe décident d’y aller en train et je trouve l’idée excellente, pas de stresse de conduire. La course est dimanche, on arrive le samedi en après-midi afin d’avoir le temps d’aller à l’expo chercher nos dossards. Mon hôtel est à 200m de la ligne de départ, je vois même les préparatifs de ma chambre, j’ai des fourmis dans les jambes! J’ai commencé à regarder la température à Toronto au moins 2 semaines avant et ça change tellement souvent que j’ai amené plusieurs option de linges. Une chance, le matin de la course il fait -1C et j’ai encore changé le linge que j’avais préparé la vielle…

La course!

Vu que mon entraînement fut écourté, je me suis mis comme mon objectif 1:50 et de m’amuser! J’attend dans le lobby du Hilton, avec environ une centaine de coureurs, il fait -1ºC dehors. Tous attendent à la dernière minute pour aller se placer dans leurs corrals avant le départ. Je me dirige dans mon corral 10 minutes avant le départ. La première vague est envoyé à 8:45 précise, je suis dans la 2ieme et on nous fait avancer lentement vers la ligne. À Toronto, les coureurs du demi et du marathon partent en même temps, ça fait plus de 20 000 participants. Je traverse la ligne de départ 7 minutes après la première vague. J’atteins assez rapidement mon pace pour finir en 1:50, soit du 5:15/km. Après seulement 2km je me trouve suffisamment en forme pour accélérer et réviser mon objectif. Je monte autour de 5:00/km et je me dis qu’au pire je reviendrai à 5:15-5:20 si c’est trop difficile, je suis là pour m’amuser après tout.

En considérant les différents points d’eau le long du parcours, je décide de prendre mon premier gel au 8ieme km et prendrai mon deuxième vers le 15ieme. J’attrape de l’eau au 9ieme et tout va bien. Je suis un peu trop habiller et j’ouvre mon manteau pour me rafraîchir un peu. On tourne au 12ieme km pour revenir vers le centre-ville, je suis toujours entre 4:55-5:00/km et ça va très bien. Même avec mon entraînement écourté, tout les kilomètres accumulés depuis le printemps sont payants. Je ne pense pas avoir de problèmes à terminer à ce rythme.

Je vois la tour du CN au loin en face de moi et je sais que c’est là que ça se termine (ou presque). Je me rends compte au 18ieme que je n’ai pas pris mon deuxième gel, il n’y a plus de point d’eau jusqu’à la fin, alors je finirai à jeun! Rendu au 20ieme, on sépare les hommes des enfants, le demi tourne à droite et le marathon continue… J’ai une pensée pour mes amis qui passent tout droite pendant que j’accélère pour terminer dans 1km.

L’arrivée est super à Toronto, ça semble plus étroit qu’à Ottawa, les spectateurs sont proches et très nombreux, ça donne un dernier boost! Je donne le maximum qui me reste et fini en 1:45:33! Avec un peu de recul, je crois que j’aurais pu commencer à accélérer un peu plus tôt (vers le 18-19ieme). Je suis très satisfait de ma course et après avoir vu le visage de mes amis qui ont complété le Full, j’ai encore comme objectif de courir un marathon un jour.

Advertisements

Un avis sur « Toronto STWM »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s