Home

Dimanche dernier, le 29 mai, j’ai couru mon premier marathon à Ottawa! Après des mois d’entrainement, le grand jour arrive. Mais cette année, la fin de semaine de course d’Ottawa tombe en plein dans une canicule, records de chaleur et d’humidité. Assez pour que l’organisation songe à annuler certaines courses. Donc à moins de 48 heures de mon départ, nous n’avons aucune idée dans quelle condition nous allons courir, et même si le départ sera donné. Ce n’est pas facile rester focussé et de préparer un plan de course dans de tel condition.

Initialement, suite à un test de condition physique (Yasso) avec mon entraineur, mon assiduité à suivre mon plan d’entrainement semble avoir payé. Le résultat du test prédit que mes jambes peuvent m’amener à la fin du 42,2km en 3h39! Super ça, mais c’est mon premier et je n’ai jamais couru plus de 32km, alors j’aime mieux être conservateur et viser 3h45 dans de bonnes conditions et 3h50 si les conditions ne sont pas idéales. Jamais je ne m’imaginais que le mercure avec humidex pouvait atteindre 40C en mai…

Donc, nouvel objectif = pas d’objectif… de temps, courir toute la distance du marathon, obtenir ma médaille et décrocher le titre de marathonien! Au fond de moi, je gardais tout de même deux sous-objectifs, courir sur toute la distance (ne pas marcher du tout) et terminer sous les 4 heures (tsé, Sportstats, c’est pour toujours!).

Pancarte1

6h45, la température est de 18C, le taux d’humidité est assez élevé mais il y a une bonne couverture nuageuse et une petite brise. Je me place dans mon corral en avant du lapin de 4 heures, il ne doit pas me dépasser! Tout le monde est fébrile, les annonceurs nous avertissent à répétition d’être prudent, de s’hydrater et de ne pas essayer de battre de records aujourd’hui!

Le départ est donné à 7h, je dois tenir un rythme de 5:40/km pour finir en 4 heures, je me retiens pour garder ce pace. Mon plan, boire un verre d’électrolyte, ensuite un verre d’eau (une gorgée et me verser le reste sur la tête) à tous les points d’eau sans exception. Après le premier point d’eau, une envie d’uriner apparait… Comment ça? Je sue ma vie en ce moment, ça doit être un « pipi nerveux ». Je suis allé au toilette juste avant le départ, je me dis que ça va passer.

Au 5ième km, je suis direct sur mon pace, encore envie… le soleil ne semble pas vouloir sortir et ça va bien, j’accélère un peu.

Au 10ième km, je suis rendu avec un pace moyen pour finir en 3h50, ça va bien, je ralentirai tantôt, encore envie…

Au 15ième km, encore envie et je ne pense qu’à ça, pu capable de me concentrer, c’est évident que ça ne passera pas… Par chance, le marathon d’Ottawa passe par quelques endroits moins urbains.
manneken-pis
Au 17ième km, un buisson sur le bord de la Promenade Sir John A. Macdonald m’apparait comme l’endroit idéal pour me soulager, je ne suis pas le seul, 3 autres coureurs sont en train « d’arroser » les plantes. Enfin, je peux reprendre ma course la tête en paix.

Premier demi en 1h56, à ce rythme ça signifie un full en 3h50, je ralentirai tantôt, ça fait 2 fois que je me dis ça, mais tout baigne alors on continue.

Au 25ième km, « mes supporteurs » étaient là, ils m’avaient apporté de l’eau et des trucs dont je pensais avoir besoin. Leurs sourires et encouragements furent suffisant et ça m’a donné un bon boost! Merci beaucoup!

Ensuite, la traversé du pont Alexandra que je trouve toujours un peu pénible, c’est un faux plat qui se termine par une pente plus abrupte en arrivant au musée des beaux-arts. Heureusement, c’est en arrivant face au musée que les spectateurs sont le plus nombreux et bruyants! J’en ai eu des frissons.

Après, la promenade dans Rockcliffe, c’est calme. C’est aussi là que j’ai dépassé 32km de course, la plus grande distance que j’avais couru pendant mon entrainement. Mon pace de course était maintenant autour de 5:45/km et c’était assez, il commençait à faire chaud.

Au 35ième km, plus aucun nuage, plein soleil et il faisait de plus en plus chaud. C’est à ce moment que j’ai commencé à faire le décompte des km qu’il me restait, c’est là que le mental est aussi important que les jambes. J’étais encore sur un pace sub 4 heures et toute la machine fonctionnait bien.

Au 38ième km, je retrouve « mes supporteurs », je n’ai besoin de rien et je ne veux surtout pas arrêter, les jambes n’auraient pas aimé ça.

Au 39ième km on retrouve nos amis du demi-marathon, je vois directement en avant de moi le lapin de 2h20 du demi. La moitié des coureurs avancent  lentement et la circulation est dense. Il me reste moins de 3km et je dépasse beaucoup de gens, après le pont Prétoria, il reste 1km et je l’apprécie autant que les 41 premiers. Je passe l’arrivée avec les bras en l’air, le temps au chrono indique 3h57 et je sais que j’ai passé la ligne de départ à 7h02. Ça fait moins que 4 heures pour mon premier marathon! Atteinte des 2 sous-objectifs (j’ai marché la distance des tables de ravitaillement une seule fois au 36ième km).

Temps officiel : 3h55:36.1 (pace moyen : 5:35/km) (incluant un stop pipi ;-))

Bon, le bout plate pour vous, mais utile pour moi :

  • Déjeuner : 2 bols de gruau 2 heures avant, une banane 1 heures avant : ok!
  • Je voulais prendre 4 gels : au 7k, 14k, 28k et 36k, je n’ai pas pris le dernier. Léger inconfort après 2ième gel, à vérifier (envie de pipi n’aidait pas). Espacer le 1ier et 2ième gel. Je ne voulais pas prendre le risque de ne pas digérer le dernier gel à 6km de la fin, mon niveau d’énergie était ok;
  • Aucun problème avec le Nuun et eau, pas eu besoin de prendre capsule de sodium;
  • Il faut que je teste différent bas, quelques ampoules et le dessous des pieds commence à chauffer après 30k;
  • Courir sans objectif de temps permet d’apprécier chaque instant!!!
Advertisements

Un avis sur « Marathon d’Ottawa 2016 »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s